© 2017 par Renouveau pour Figeac

Retrouvez ici les interventions de vos 4 élus municipaux dans le bulletin municipal:

Bulletin municipal de Février 2019

 

Les souhaits exprimés depuis 2014 par notre groupe d’élus sont au cœur des doléances locales formulées récemment : transparence de la vie publique, information des riverains avant de lancer un projet, baisse de la pression fiscale sur le territoire figeacois, priorisation des dépenses en fonction de l’intérêt général…

 

Afin de tenir compte du ressenti des habitants dans la gestion de notre ville, des mesures méritent d’être étudiées comme la nomination de référents de quartiers ou le référendum municipal pour avoir une vision globale plus réaliste qu’avec la plateforme numérique Vooter. De même, une assemblée citoyenne, tirée au sort chaque année et plus représentative que le CMJ, pourrait être consultée lors des réflexions conduites en commissions communales.

 

De telles dispositions valoriseraient la démocratie participative tout en rappelant à chacun le sens de l’engagement au profit de la collectivité et la nécessaire solidarité.   

Bulletin municipal de Décembre 2018

Notre commune participe à l’opération nationale « Action cœur de ville » visant à redynamiser l’activité socio-économique des centres urbains d’ici 2022. Face aux projets dans cette perspective, Figeac a un handicap : sa fiscalité. En dépit du nombre croissant d’emplois locaux, la population stagne depuis 1975 car les impôts pèsent trop sur les commerçants du centre-ville et sur les nouveaux salariés préférant alors s’installer dans les villages alentour.

 

La majorité municipale, redevable de cet héritage, occulte son impact car plusieurs parmi elle n’habitent pas à Figeac. Depuis 2014, elle promet de ne plus utiliser le levier fiscal mais a accru les taux communaux de produits indispensables (électricité, eau) et encouragé les hausses de taxes au Grand-Figeac (TF, TH, TEOM, CFE, TASCOM) !

 

L’inversion de cette tendance est le principal vœu 2019 que nous formulons pour Figeac, tout en vous souhaitant d’heureuses fêtes de fin d’année.

Bulletin municipal de Octobre 2018

Figeac, réservoir de l’intercommunalité

 

Depuis 2014, notre ville amoindrit ses forces vives au titre de la mutualisation des capacités dans le Grand-Figeac : transfert des services Voierie et Urbanisme, mise à disposition de salariés des secteurs culturel, patrimonial, social,… sans évaluer les effets de tels processus sur la gestion des personnels et la satisfaction des besoins communaux.

 

Quant au Grand-Figeac, il augmente ses domaines de compétence, emprunte et accroît les taxes, mais ne priorise pas ses projets selon leur intérêt communautaire en dépit des promesses des Présidents successifs. Dans ce contexte, malgré les retombées territoriales de l’aérodrome Figeac-Livernon, aucune subvention ne lui revient parmi les 2764500 € attribués par l’intercommunalité en 2018, année où Figeac consacre 36000 € à cette emprise aéronautique !

 

Qu’attendent nos élus municipaux, Vice-Présidents du Grand-Figeac, pour réagir à cette situation ? 

Journal du Grand-Figeac / Octobre 2018

 

TRIBUNE  LIBRE

 

De la nécessité d’être bien informé

 

5 septembre 2017 : le Conseil communautaire du Grand-Figeac a accepté de préempter l'ancien bâtiment EDF situé rue Germain Petitjean à Figeac, afin d’y regrouper l’ensemble des services de direction et de fonctions supports (hors ceux des affaires culturelles installés à l’Astrolabe). A l’issue d’une étude préalable, le texte de la délibération stipulait alors qu’en plus du coût d'acquisition de la dite propriété, une enveloppe de 634500 € HT serait nécessaire pour réaliser sur ce site une extension de 300 m² et un réaménagement de l'existant.

 

25 septembre 2018 : le Conseil communautaire a dû valider le coût des travaux précités pour un montant de 1760000 € HT (hors mobilier et équipements !), soit bien plus d’un million d’euros par rapport à l’évaluation précédente. Comme l’ont souligné plusieurs orateurs au récent congrès des élus du Lot, lors du lancement d’un projet, les représentants de la collectivité doivent pouvoir prendre position en connaissance de cause…

 

Espérons que la salle permettant de réunir les 126 conseillers du Grand-Figeac, envisagée en tranche conditionnelle du marché, a fait l’objet d’une estimation plus fiable (490000 € HT) ! 

 

Henri SZWED

                                                                                                             

Bulletin municipal de Septembre 2018

Le festival de théâtre (133000 € au budget 2018) ne suffisait pas à la municipalité pour animer l’été culturel figeacois. L’un des buts déclarés pour habiller en vert l’Hôtel de la Monnaie était de provoquer des réactions, objectif surprenant mais atteint :

  • Réaction des habitants et des touristes, choqués pour la plupart par ce mélange des genres sur un joyau du patrimoine communal.

  • Réaction négative des élus minoritaires, non consultés en commission sur ce projet que la ville a soutenu par des engagements techniques et financier.

 

En matière d’art contemporain, la fresque réalisée au début d’année par des élèves du lycée Champollion est le fruit d’une démarche bien plus aboutie ! La concertation entre toutes les parties concernées, pour choisir les thèmes locaux de la 1ère guerre mondiale et les couleurs de la mosaïque, a permis de créer avec un large consensus cette magnifique œuvre mémorielle qui va orner le hall de l’hôpital.

Bulletin municipal de Juin 2018

Face à la « désertification médicale », élus figeacois et professionnels de santé se mobilisent pour trouver des solutions pérennes dans ce domaine crucial, compte tenu de la moyenne d’âge de notre population. A ce titre, les réunions conduites pour préparer l’équipe médicale qui exercera dans la future maison de santé, permettront d’optimiser son fonctionnement sous statut libéral ; cela évitera à la ville de devoir combler un déficit financier récurrent, souvent rencontré dans les centres de santé.

En outre, parmi les actions engagées pour attirer de nouveaux praticiens à Figeac, la qualité du suivi des internes par les médecins maîtres de stage mérite d’être soulignée.

 

Autre sujet important pour l’avenir de notre commune, la révision du PLU. Espérons que les réunions publiques seront assez nombreuses pour échanger sur l’évolution des constructions dans nos quartiers, avant que soit figé le nouveau schéma directeur d’urbanisme ! 

Bulletin municipal de Avril 2018

La municipalité accepte que plus de 25% des élèves de ses maternelles et primaires proviennent d’autres communes. Cet apport extérieur renforce les effectifs de nos écoles publiques, favorise notre commerce urbain, facilite la vie courante des familles concernées ; mais, il sature notre cantine scolaire et fragilise la pérennité de classes en périphérie de Figeac.

 

Au préalable, dans les villages où résident ces enfants, les dérogations sont accordées sans que la localité participe aux frais de scolarité, cette contribution étant reportée sur Figeac (~800€ / élève / an).

 

Pour l’avenir de l’école rurale, la cohérence des actions municipales doit donc être améliorée en matière d’effectif d’élèves et de budget associé, en appliquant un protocole sur notre secteur. Cette concertation, qui s’inscrit dans le service de proximité, pourrait s’étendre à l’accompagnement dans les bus scolaires et à l’harmonisation des rythmes d’enseignement.

Bulletin municipal de Février 2018

Plusieurs riverains ont été victimes d’inondations en janvier sur notre territoire. Outre les pluies abondantes, ces dommages sont dus à l’étude insuffisante du réseau d’évacuation des eaux lors de l’édification de nouveaux ouvrages, comme la déviation aux abords de Ceint d’eau ou les récentes plateformes construites à Herbemols. Notre collectivité doit prendre ses responsabilités pour remédier à de telles situations.

 

De même, il est anormal qu’un 1er avenant au marché de la future maison figeacoise de santé augmente son coût de plus de 30%, à cause surtout d’aléas sur le désamiantage et la destruction de bâtiments. Ce manque de rigueur dans l’évaluation de l’opération, qui dépasse désormais 3,5 M€ TTC, rend caduc la réflexion initiale sur le choix de son implantation.

 

Quant à la vidéo-protection, plus d’un an après la validation du dispositif, son déploiement est attendu en complément de l’action émérite menée par la gendarmerie. 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now